Métiss’age Festival n’a d’autre prétention que d’être à moyen terme, le symbole d’une génération qui croit aux valeurs fondamentales de la personne humaine.

Fiona Coe 1994

Pourquoi Métiss’age ?

portrait de métiss'age, Olivier Casse

Olivier Casse, Portrait de Métiss’age, 1994

Parce que donner du plaisir nous en fait prendre… l’époque est au croisement, à la fusion des cultures… des valeurs aussi simples que le partage de l’échange et la tolérance sont essentielles dans la vie.
Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, depuis 1994 nous avons choisi d’élaborer un projet créatif et contemporain.
Métiss’age festival n’a d’autre prétention que d’être, à moyen terme, le symbole d’une génération qui croit aux valeurs fondamentales de la personne humaine.
Métiss’age festival est un rassemblement festif. Il réunit le temps d’un week-end des artistes aux univers différents et aux disciplines multiples pour amener le public à faire preuve d’adaptabilité et d’ouverture.

Métiss’age aujourd’hui, un événement en faveur d’associations humanitaires

Métiss’age souhaite s’engager en faveur d’une quinzaine de causes humanitaires ainsi qu’écologiques. Des partenariats sont actuellement en cours d’étude avec des associations et plusieurs ONG dont le champ d’investigation est lié au thème fédérateur du festival :
“LIFE!” – “LA VIE !”.

Le Village Métiss’age – Un melting-pot humanitaire

Dans le parc de la Villette sera installé “le Village Métiss’age”, un forum solidaire, pour donner des repères pour envisager et provoquer un monde meilleur.

Cette plateforme humanitaire permettra de célébrer et partager les valeurs de la solidarité et rendre hommage aux actions humanitaires.
Une sélection de 15 ONG/associations se présenteront dans un espace de rencontres et de communication. L’événement mettra en avant la visibilité et la prise de parole du public et des organismes représentés.

Un pôle de sensibilisation et de compréhension du monde : Le public est conscient de devoir et vouloir oeuvrer pour une globalisation plus juste. Les actions quotidiennes des ONG nécessitent d’être comprises et montrées au grand public.

Par le passé

En 2000, autour du thème de “l’amour”, Métiss’age avait choisi l’association humanitaire Autremonde.
“Autremonde”, association de jeunesse, a pour vocation de sensibiliser les jeunes à la détresse d’une population croissante de laissés-pour-compte, ainsi qu’à l’urgence de l’action humanitaire. Outre développer des actions de lutte contre l’exclusion, son rôle est aussi de maintenir bien vivant, voir de réactiver le réflexe citoyen dans notre ville, et ailleurs par notre exemple.
“Autremonde” c’est : 200 bénévoles actifs âgés entre 18 et 35 ans, des constructions de bibliothèques au Mali, des cours d’alphabétisation, un accueil de jeunes pour SDF, des ateliers de photographie, théâtre, arts plastiques, écriture, un pôle juridique et un pôle d’emploi. C’est aussi un camion itinérant à la rencontre des plus démunis.

Les mailles du tissus social se distendent, de plus en plus de gens passent au travers.
Les politiques sont bien entendus sollicités, et à juste titre : de nouveaux projets de loi sont très attendus.
Mais cela ne suffit pas : lutter contre l’exclusion est l’affaire de tous, c’est l’affaire de la cité dans son ensemble.
Des jeunes surtout : nous sommes aujourd’hui responsables de ce que sera, demain, notre société.